Ca vous gratouille, Ca vous chatouille

Ponts qui menacent de s’affaisser, tunnels en mauvais état, nids-de-poule… Le réseau routier national est aujourd’hui très dégradé constate un rapport d’audit constatant un sous-investissement chronique.

Un milliard d’euros par an pendant 20 ans : c’est la somme que devrait investir l’état pour que ses routes puissent rester praticables. Ce chiffre ? C’est le ministère des Transports lui-même qui le donne… puisqu’il figure dans un rapport qu’il vient de mettre discrètement en ligne. Commandé aux bureaux d’études suisses NiBuxx et IMDM par la Direction des infrastructures de transport du ministère, cet audit dresse ce faisant un panorama très inquiétant quant aux 12 000 km d’autoroutes et de routes gérées par l’État – le réseau routier national non concédé – qu’il a eu pour mission d’étudier entre octobre 2017 et février 2018. Bilan ?

«17 % du réseau présente aujourd’hui un état de dégradation plus ou moins important et 7 % des autres infrastructures (ponts, tunnels) nécessitent des travaux de rénovation». Constat qui au demeurant ne surprend personne, aujourd’hui, tout automobiliste pouvant constater cette progressive décrépitude depuis des années.

Alors plutôt que d’installer radars sur radars, et de culpabiliser les automobilistes « vaches à lait » sous prétexte de sécurité, l’État devrait plutôt s’inquiéter de la décrépitude de son réseau routier et y remédier !

Jacques Priem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *