Une esthéticienne pas comme les autres.

Octobre rime avec lutte contre le cancer du sein, sous la houlette du ruban rose. Nous avons choisi d’évoquer cette cause avec Clémentine. Cette jeune esthéticienne propose à ses clientes, en plus des prestations classiques, sa spécialité : la dermographie réparatrice.

– Qu’est-ce-que c’est ?

A l’aide de techniques de tatouage et de maquillage permanent, on implante dans la couche superficielle de l’épiderme des pigments colorés, pour camoufler des cicatrices ou des tâches de dépigmentation. Cette pratique permet également, grâce à l’élaboration d’un trompe-l’œil, de recréer des aréoles mammaires.

– Pour qui ?

Les personnes souhaitant occulter une cicatrice peuvent recourir à la dermographie réparatrice, mais pas que ! Après un traitement de chimiothérapie, il est par exemple possible de dessiner des sourcils, grâce au maquillage permanent ou au microblading. Enfin, après un cancer du sein, lorsque le traitement est terminé et que la personne est guérie, les cicatrices sont atténuées et la construction des aréoles mammaires intervient.

– Quels bénéfices ?

Clémentine a suivi une formation “maquillage permanent et dermopigmentation”, et “Hygiène et salubrité” après l’obtention du CAP et du BP Esthétique, car elle est touchée de près par la maladie. C’est après avoir vu une proche combattre le cancer qu’elle a décidé de se spécialiser, et elle est convaincue d’œuvrer en faveur de l’identité de la personne en tant que femme. Elle estime qu’il est important pour ses clientes de ne plus se percevoir comme mutilées, et que les différentes techniques qu’elle propose permettent aux bénéficiaires de retrouver confiance en elles.

Infos pratiques : l’institut de Clémentine est domicilié à Guny (02300)

Facebook : Clémentine esthétique

Tél : 06 70 54 82 74.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *