BRISER LA LOI DU SILENCE

Ils sont 700 000 élèves sur 12,4 millions d’enfants scolarisés victimes d’agressions, insultes, vexations… Les chiffres concernant le harcèlement scolaire sont harassants… Dans le second degré, Insultes : 57 % ; Sobriquets : 39 % ; Mises à l’écart : 37 %.

3 % sont concernés par des violences physiques graves et de 5 à 7 % par des violences à caractère sexuel.

En primaire 12 % sont victimes de harcèlement. Par contre au lycée, le chiffre tombe à 3,4 %.

Il suffit de rien : d’une broutille, d’une jalousie, d’un règlement de comptes… Et c’est la descente aux enfers pour la victime.

Le 9 novembre dernier était la troisième Journée de lutte contre le harcèlement scolaire ; l’occasion de rappeler que le harcèlement est avant tout un délit.

Associations, parents et enfants se mobilisent activement contre ce fléau. Tant mieux, il était plus que temps de briser la loi la plus connue : celle du silence ; ce silence mortifère de la victime harcelée que la souffrance et le non-dit entraînent vers la mésestime d’elle-même, le manque de confiance voire le suicide comme ce fut le cas récemment à Chauny.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *